Le superéthanol E85 continue sa progression en France malgré des prix fluctuants

La consommation de carburant superéthanol E85 bat un nouveau record en 2023

Près de 39 % des stations-service françaises proposent désormais du E85 à la pompe. La consommation de ce carburant alternatif a atteint l’an dernier en France un niveau record, avec 895 millions de litres vendus et une part de marché de 6,5 %. Cependant, il est important de noter que la croissance de cette consommation a nettement ralenti par rapport aux années précédentes. Malgré cela, le superéthanol E85 confirme son succès auprès des automobilistes français. Sa popularité s’explique notamment par sa composition : entre 65 et 85 % de bioéthanol et 15 à 35 % de super sans plomb, ce qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre par rapport aux carburants traditionnels.

Les raisons de l’engouement pour le E85

Plusieurs facteurs ont contribué à l’essor de la consommation de superéthanol E85 en France. Tout d’abord, ce carburant est plus écologique que les carburants fossiles conventionnels, grâce à sa teneur majoritaire en bioéthanol issu des cultures agricoles. Ensuite, le prix du E85 est généralement inférieur à celui de l’essence sans plomb 95 ou du diesel, même si des fluctuations sont observées. Enfin, le parc automobile compatible avec le E85 s’est considérablement développé ces dernières années, avec de plus en plus de modèles proposés par les constructeurs et la possibilité de convertir des véhicules essence aux normes Euro 3, 4 et 5 grâce à un boitier homologué.

Des prix fluctuants qui ralentissent la croissance

Malgré sa popularité grandissante, la consommation de superéthanol E85 subit un léger coup de frein en raison d’une volatilité des prix. Si certains automobilistes ne sont pas découragés par ces fluctuations, pour d’autres, cela peut constituer un réel frein à leur passage au bioéthanol. Parmi les facteurs ayant une influence sur le prix du E85, on trouve notamment les coûts de production, dépendant directement des cours mondiaux du pétrole ; mais aussi les contraintes réglementaires sur l’importation d’ethanol. Il convient également de souligner que les distributeurs jouent un rôle dans la formation du prix final, et que la concurrence entre stations-service peut être un levier pour atténuer ces variations.

Un développement soutenu par les pouvoirs publics

Face à ces défis, les pouvoirs publics ont mis en place différentes mesures destinées à favoriser le déploiement du carburant E85 et à accompagner son adoption par les automobilistes. Parmi celles-ci figurent l’exonération partielle ou totale de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) pour les bioéthanols, ainsi que des aides financières pour l’installation de stations-service délivrant du E85. De plus, le dispositif de la prime Conversion a également été étendu aux véhicules convertis au bioéthanol. Ce dispositif permet à un automobiliste de bénéficier d’une aide allant jusqu’à 1 500 € lorsqu’il installe un boitier homologué pour rouler au superéthanol E85 sur son véhicule essence.

Quel avenir pour le superéthanol E85 en France ?

Si le ralentissement actuel de la croissance ne remet pas en cause la place du superéthanol E85 sur le marché français des carburants, il soulève néanmoins certaines interrogations quant à son futur développement. Pour continuer à progresser, ce carburant alternatif devra se montrer résilient face aux variations de prix et asseoir sa compétitivité par rapport aux autres solutions énergétiques durables, telles que les véhicules électriques ou hydrogène. Dans ce contexte, il apparaît crucial pour les acteurs de la filière bioéthanol de poursuivre leurs efforts en matière d’innovation et d’adaptation des processus de production, afin de garantir une offre stable et attractive pour les automobilistes français désireux de contribuer à la transition énergétique en adoptant des modes de transports moins polluants.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Édouard Bellemare

Édouard Bellemare